Jacques BARON

Toute la famille l’appelle Daddy

Né à Petit Quevilly  (Seine maritime) en 1934

Plus de détails

Il a passé toute sa jeunesse à Petit Quevilly dans la banlieue de Rouen dans le quartier des Chartreux.

Etudes au collège technique Marcel Sembat à Sotteville, interrompues par une sévère paratyphoïde à 16 ans

Service militaire en Algérie chez les tirailleurs algériens.

Sa carrière professionnelle l’a conduit à vivre aussi en banlieue parisienne et dans le Nord

En retraite depuis 1990 vit à Molliens au bois

Enfance

Mes souvenirs d’enfance sont ceux de la guerre 39/45.

J’avais 5 ans au début de la guerre et un peu plus de 10 ans à la fin.

Deux souvenirs marquants sont liés à cette période.

Je devais avoir 8 ans, mon père allait s’approvisionner en vélo dans une ferme chez des cousins à une quarantaine de km de nôtre maison. Quelquefois il m’y laissait pendant une semaine, c’est vrai qu’on y mangeait bien, lait et crème à gogo, cochon et veau à volonté.

Une fois il est arrivé en fin d’après midi en camion bâché avec des copains et nous sommes repartis avec un chargement de viande.

Pendant le retour sur la route, bruit de rafales de mitrailleuses, les Allemands nous tiraient dessus. Mon père m’a précipité dans une carcasse de vache pour me protéger, je n’ai rien eu, mais en sortant j’étais effrayé car couvert de sang.

Autre souvenir, il y avait souvent des bombardements faits par les avions Américains .En cas d’alerte nous nous réfugions à la cave et Papa avait aménagé une barrique à cidre dans laquelle il me faisait entrer pour me protéger

l'Algérie

De sept 1955 à nov 1957, service militaire en Algérie chez les tirailleurs Algériens.

D’abord à Blida dans la région d’Alger, belle région accidentée, marches d’entrainement avec le barda, 20 à 50 km par jour dans le djebel.

Après 3 mois départ en opération, basé dans un village près de Sidi Bel Abbès dans l’Oranais la vie y était dure surtout moralement.

En effet dans la compagnie, 100 soldats environ, il y avait 90 musulmans, 6 pieds noirs (les européens d’Algérie) et seulement 4 métropolitains. Cette période ne laisse pas de bons souvenirs

Parcours professionnel

A terminé sa scolarité à 16 ans avec un CAP et un BEI d’ajusteur mécanicien, interruption des études l’année du bac technique.

CAP de dessinateur industriel par les cours du soir

Entre à 17 ans dans le groupe Nobel, secteur industrie chimique, comme dessinateur jusqu’à l’âge de 30 ans, continue à suivre les cours du soir jusqu’au niveau d’ingénieur du CNAM

Interruption de sept 55 à nov 57 pour service militaire en Algérie

Entre en 1964 chez LUBRIZOL à Rouen comme responsable des travaux neufs, pilote la construction des trois quarts de l’usine

Recruté en 1969 par le groupe Unilever usine Astra à Asnières pour la construction des lignes de production margarine et huile Fruit d’or.

En 1973 entre dans une PME familiale « bonbons et chocolats LUTTI » située à Tourcoing comme directeur technique, y terminera sa carrière comme directeur des achats (départ anticipé à 56 ans) de cette entreprise filiale du groupe américain Campbell Soup

Séjour aux Etats-Unis

En mars 1968, séjour d’un mois aux États Unis pour connaitre les usines de production de LUBRIZOL.

Une vingtaine de jours à Cleveland dans l’Ohio et une dizaine de jours à Houston au Texas

Les 2 directeurs d’usines qui étaient venus plusieurs fois nous rendre visite en France, m’ont invité pendant les WE.

A Cleveland, Peter avait une maison avec un grand terrain et une superbe vue sur le lac Erié, de cette visite j’ai retenu la grande baie vitrée de son salon, j’ai installé la même à Molliens. Je suis aussi allé voir les chutes du Niagara qui à cette époque de l’année étaient sous la glace.

A Houston, Phil avait pour voisin un astronaute, il m’a emmené au centre spatial pour une visite. A l’époque c’était un an avant le premier homme sur la lune et j’ai pu voir les essais d’amarrage entre le LEM et la capsule dans un immense bâtiment éclairé par une lumière bleutée, c’était très impressionnant.

Bénévolat

activités bénévoles

A Franconville (banlieue parisienne) président de l’association de parents d’élèves du lycée de Martine

Conseiller municipal de cette commune de 40.000 habitants pendant 3 ans jusqu’à son départ pour Tourcoing.

Au début de la retraite membre du conseil d’administration d’une association de gestion de 3 Ephad et de 2 maisons d’accueil d’handicapés sur Amiens, mandat de 5 ans.

Puis d’une association de protection de l’enfance de 200 salariés, autre mandat de 5 ans.

Ces dernières années adhérent au club de dégustation de vins et de whiskies, ainsi qu’au club informatique du Foyer pour Tous à Villers Bocage

Vous avez peut-être trouvé un peu trop conséquent les détails concernant DDY, mais j’avais envie de raconter une partie de ma vie. Et je n’ai pas tout mis, c’est vrai qu’a mot âge j’aurai pu en mettre plusieurs pages.

Mais si chacun pouvait composer quelques lignes sur lui-même, cela permettrait d’un peu plus nous connaître.

Néanmoins on peut appeler cela un CV familial.